Unesco

Unesco

Stanislas, d’Alliance, de la Carrière : trois places nancéiennes qui forment un ensemble unique, véritable chef-d'œuvre de génie créatif et sont inscrites au Patrimoine mondial de l’Humanité.

Art nouveau

Art nouveau

L’Art Nouveau est un mouvement artistique qui a pris naissance à Nancy à la fin du XIXe siècle et qui a rayonné pendant plusieurs années dans toute l’Europe.

Nocturne

Nocturne

Envie de sortir le soir ? Que vous soyez étudiant ou pas, il y a toujours un endroit qui vous correspond à Nancy ! Bars, restaurants, théâtres, concerts, bowling...

Ville de charme

Ville de charme

Véritables villages dans la ville, Nancy multiplie les quartiers aux personnalités bien tranchées qui vous surprendront.

Au vert

Au vert

Découvrez une ville entourée de forêts, étonnamment verte et fleurie, et avec une grande culture botanique.

Gastronomie

Gastronomie

Envie de cuisine Lorraine ? Découvrez les restaurants de l'agglomération, les produits locaux et leurs recettes. Faites votre marché ou prenez des cours de cuisine.

Shopping

Shopping

Fans de shopping ? Laissez vous séduire par les commerces de la ville. De l’alimentation à la mode en passant par la décoration ou les souvenirs. Vous y trouverez tout ce que vous cherchez.

Affaires

Affaires

Pour l'organisation de congrès, Nancy présente de réels atouts, dont la proximité du centre des congrès de la gare et du centre ville.

Porte de la Craffe

NANCY TOURISME ET ÉVÈNEMENTS > Découvrir > Histoire et patrimoine > Ville vieille > Porte de la Craffe

Porte de la Craffe

La porte de la Craffe

La porte de la Craffe

L'ancien nom de cet accès fortifié de Nancy était la porte des Bordes (ce mot désignait les masures abritant les malades contagieux rejetés de Nancy). Le vocable de Craffe serait apparu au début du XVème siècle ; son sens demeure mystérieux, deux étymologies semblent pertinentes : en vieux français escraffe ou grafe désignait soit un motif en forme de coquille (qui aurait décoré le claveau supérieur de la porte principale), soit une grosse agrafe métallique assemblant des pierres appareillées.

La monumentale porte de la Craffe témoigne de la qualité de l'enceinte protectrice de la cité à la fin du XIVème siècle. En effet, ses deux tours jumelles, édifiées en 1463, possèdent des murs de trois mètres d'épaisseur qui résistèrent vaillament aux sièges de la ville en 1476 et 1477 par Charles Le Téméraire. Les fenêtres étaient disposées de manière à faciliter des tirs dans toutes les directions, des corbeaux de pierres soutenaient autrefois des volets protégeant les défenseurs postés à ces ouvertures.

Les entrées nord et sud étaient surmontées d'une bretèche dont le surplomb permettait de bombarder les assaillants de projectiles, d'huile et de poix bouillantes. L'entrée nord a été considérablement modifiée depuis sa création.

Les fossés furent mis en eaux au XVIIème siècle par les occupants français qui y drainèrent les eaux du ruisseau de Boudonville.

Côté ville, la porte centrale a subi une mise à la mode de style classique ; le commandant Trancart la restaura dans le style néogothique, faisant disparaître du même coup l'horloge qui la surmontait. Le décor restauré comporte des copies d'effigies de ducs de Lorraine, une Vierge à l'Enfant du XIVème siècle et une ouverture en forme de croix de Lorraine. Les portes piétonnes entourant la porte furent établies en 1870 par l'architecte municipal Prosper Morey.
Le lanternon central fut édifié au début du XVIIème siècle, il contenait une cloche récupérée à l'église Saint-Epvre afin de rythmer les heures, de marquer le couvre-feu, les exécutions capitales et les corvées.

Dès le XVème siècle la porte fut mise à contribution comme prison.

C'est sous le règne de René II, au début du XVIème siècle, que l'on établit (à l'arrière de la porte de la Craffe en direction de l'ancien village de Saint-Dizier réduit aux Trois-Maisons pour des raisons stratégiques) un gros terre-plein ; il était destiné à renforcer la défense de la porte de la Craffe contre les performances de tir de l'artillerie naissante ; dans ce boulevard on perça une porte qui fut reliée à la Craffe par une voûte. Le décor de la porte mettait en valeur un groupe sculpté de l'Annonciation (aujourd'hui conservé au Musée Lorrain) car René II attribuait sa victoire sur Charles le Téméraire à la protection de la Vierge de l'Annonciade dont l'effigie ornait son étendard. De part et d'autre de la niche des statues, deux cartouches rectangulaires expliquent cette dédicace. Le décor était complété par les armes pleines de Lorraine et celle d'Elisé de Haraucourt (gouverneur de Nancy qui fit restaurer la porte en 1615).

 
 
Reservez en ligne
 

Les bons plans

    Idées temps libre

    image bulle grise

    Retrouver Nancy Tourisme sur les réseaux sociaux et restez connectés !