img-name-mising

CONCERT D'AEHAM AHMAD LE PIANISTE DE YARMOUK

Spectacle, représentation, Théâtre, opéra à Tomblaine

  • Les images ont fait le tour de la planète sur les réseaux sociaux. Aeham Ahmad vivait à Yarmouk, ville de réfugiés palestiniens, près de Damas, il jouait du piano. Pour ses concerts, il installait son piano dans les rues. Ses spectateurs ? Des enfants, des hommes et des femmes, habitants du camp Yarmouk, au cœur de la guerre. Aeham Ahmad jouait au milieu des décombres dans cette ville bombardée, anéantie. Il insufflait un vent d’espoir et de joie par la musique qu’il transmettait autour de...
    Les images ont fait le tour de la planète sur les réseaux sociaux. Aeham Ahmad vivait à Yarmouk, ville de réfugiés palestiniens, près de Damas, il jouait du piano. Pour ses concerts, il installait son piano dans les rues. Ses spectateurs ? Des enfants, des hommes et des femmes, habitants du camp Yarmouk, au cœur de la guerre. Aeham Ahmad jouait au milieu des décombres dans cette ville bombardée, anéantie. Il insufflait un vent d’espoir et de joie par la musique qu’il transmettait autour de lui. Mais tout s’arrête brutalement quand il croise la route de Daesh. Les hommes de l’Etat Islamique interdisent tout art, toute musique et brûlent son instrument. C’était en avril, le jour de son anniversaire, ils sont venus avec des bidons d’essence, ils l’ont frappé à coups de crosse. Ce musicien est devenu un symbole d’humanité face à la guerre. Après avoir enduré avec dignité les souffrances du conflit syrien, celui que l’on dénomme désormais « le pianiste des ruines » a dû finalement se résoudre à prendre le chemin de l’exil. Il entame la « route de la mort », cette route depuis la Syrie jusqu’en Europe où tant de réfugiés ont perdu la vie depuis le début des conflits. Et là encore, les terribles images interpellent sur internet le monde entier, qu'en marchant en colonne, avec des dizaines de migrants, Aeham Ahmad résiste encore. Il continue à jouer de la musique comme pour braver l’insupportable interdit, il joue de l’harmonica en marchant. Aeham Ahmad vit aujourd’hui en Allemagne, nous l’avons retrouvé. Il a écrit le livre de son histoire qui a été traduit en français. Nous vous proposons de le rencontrer samedi 2 octobre. Avec lui, nous visiterons la superbe exposition de Dominique Grenzinger « Les Migrants », puis Aeham Ahmad donnera un concert au piano d’une heure. Ensuite il dédicacera son livre et vous pourrez échanger avec lui, nous aurons prévu un interprète en arabe et un autre en anglais.
Prestations
  • Services

    • Animaux refusés
    • Animaux refusés
  • Tarifs
  • Gratuité
Horaires

Horaires

  • Le 2 octobre 2021 à 17:00
Nos suggestions