En immersion dans l’Art Nouveauà la Villa Majorelle
©

En immersion dans l’Art Nouveau à la Villa Majorelle

Inventivité, rythme, couleurs, ondulations végétales et florales, l’Art Nouveau est tout ça à la fois. À Nancy, les vestiges de cet âge d’or sont légion, à l’image de la Villa Majorelle. Nous sommes allés voir celle qui en parle le mieux : Valérie Thomas, la conservatrice.

Connaissez-vous l’Art Nouveau ? Musée de l’École de Nancy, collections Daum au Musée des Beaux-Arts et Villa Majorelle sont parmi les plus beaux exemples à Nancy de ce courant né à la fin du XIXe siècle.

« L’Art Nouveau a défendu la rénovation d’un cadre de vie qui soit agréable et plus adapté à la vie de l’époque », explique Valérie Thomas, conservatrice du Musée de l’École de Nancy.

La Villa Majorelle en est aujourd’hui l’un des témoignages les plus éloquents. À quelques centaines de mètres de la gare de Nancy, on peut la rejoindre à pied par la rue de la Commanderie ou l’avenue Foch, qui présentent toutes deux de remarquables exemples de l’architecture École de Nancy. Entrez, c’est ouvert.

« C’est une maison agréable, chaleureuse et harmonieuse grâce à des matériaux qui concourent à une certaine unité. C’est aussi et surtout un lieu de visite différent d’un musée : nous avons limité au maximum tout ce qui est du domaine de la signalétique pour que le public ait vraiment l’impression d’être dans une maison. On y entre comme un invité. »

L’idée est de s’y sentir bien. Mais comment ne pas l’être ? Confiée en 1901 par Louis Majorelle, ébéniste et industriel à succès, à l’architecte Henri Sauvage (influencé par Hector Guimard, qui a signé les stations du métro parisien), la Villa marie la beauté des formes au confort, le végétal étant la source d’inspiration essentielle.

Une demeure à la personnalité unique, propre à ce que l’Art Nouveau suggérait. À savoir « l’incarnation de l’identité territoriale ». Et si vous êtes férus d’histoire, vous le savez certainement.

«La villa était une façon de montrer la richesse de la région aux Allemands qui avaient mis la main sur l’Alsace et la Moselle  mais pas sur la Meurthe-et-Moselle. » CQFD.

Promenade 100 % Art Nouveau

Dès votre arrivée à Nancy, vous aurez l’occasion de replonger dans le passé et revivre l’atmosphère unique de l’époque Art Nouveau. On ne saura que trop vous conseiller de flâner dans les rues du centre-ville, haut-lieu de ce patrimoine artistique mondial.

« On peut notamment y admirer encore aujourd’hui le très beau vitrail de Jacques Gruber sur ce qui est devenue la banque LCL. Sans oublier le grand magasin où malheureusement ne subsistent plus que quelques travées, à savoir Vaxelaire », souligne Valérie Thomas.

Ensuite, il y a surtout en périphérie, le Parc de Saurupt où l’on peut admirer quelques belles maisons Art Nouveau.

« Je recommande plus particulièrement les Glycines d’Émile André qui a été très bien conservée. Il y a également d’autres demeures des années 1910-1920, ce qui permet d’avoir une vision représentative de l’architecture de cette époque. »

La Villa Majorelle  – visite virtuelle

L’histoire s’écrit désormais au présent grâce au digital. Chantre de la modernité, la Villa Majorelle s’est mise à la page numérique grâce à une application de visite dédiée, téléchargeable sur les plateformes habituelles, qui regorge d’informations complémentaires sur les œuvres et pièces de la Villa.

Grâce à cette application, les Personnes à Mobilité Réduite peuvent désormais accéder virtuellement à la terrasse et aux autres espaces de la Villa.

Nos suggestions